À PROPOS DU CLASSEMENT


Après une seconde édition extrêmement suivie en 2015, le leader de l’information gastronomique sur Internet Atabula.com lance, en partenariat avec METRO et S.Pelligrino, la troisième version de son classement annuel des trentenaires qui comptent dans les milieux gastronomiques en France.

Chefs cuisiniers ou pâtissiers, journalistes, blogueurs, communicants, photographes, entrepreneurs, sommeliers, personnes issues du monde de la salle… La sélection des 50 talents mis à l’honneur cette année est une photographie des milieux gastronomiques actuels avec des personnalités parfois médiatiques, parfois inconnues, toujours singulières. Des gens qui comptent, que ce soit par leur notoriété, leur image, leurs idées, leur influence ou par leur poids économique. Pour tous, des gens qui comptent pour leur savoir-faire.

Cinq critères ont été retenus : influence parmi ses pairs, créativité dans son univers, capacité à entreprendre, engagement (associatif ou non) pour valoriser son métier, présence sur les réseaux sociaux, inspiration des tendances de demain.

C’est dans un souci de représentation fidèle à cet univers que le palmarès 2016 se veut le plus divers possible, tant sur les professions représentées que sur le genre et la situation géographique. Si Paris conserve incontestablement son rang d’épicentre gastronomique hexagonal, plus d’un trentenaire sur quatre est installé en province et près d’un tiers des trentenaires sont des femmes.

Il est toujours difficile de s’essayer à pareille tâche tant la hiérarchie est complexe à réaliser. L’année passée, c’est le chef des cuisines de l’Élysée, Guillaume Gomez, qui raflait la première place du palmarès en infatigable ambassadeur de la gastronomie française qu’il est à travers le monde.

En 2016, la place revient à Alexandre Gauthier, chef de la Grenouillère située à La Madelaine-sous-Montreuil (Pas-de-Calais). Nombreuses sont les grandes et moins grandes toques en France et bien au-delà à s’y être attablées et certaines d’entre elles ne cachent pas que le cuisinier de 37 ans a inspiré d’une manière ou d’une autre leur travail. C’est qu’Alexandre Gauthier va loin, très loin dans sa démarche, dans l’assiette bien sûr mais également dans l’identité de son territoire ou des arts de la table. Il parfait une vision très singulière qui s’inscrit en cohérence avec son environnement.

Il y a la Grenouillère évidemment mais aussi Anecdote, la table imaginée comme un hommage à son père, où il cultive le souvenir et la tradition, une tendance lourde à l’heure de la revalorisation de la cuisine bourgeoise, gourmande. Lui qui est célébré pour son inventivité, son avant-gardisme, n’oublie pas ses racines et celles de la France à table. Passionné d’art vivant, Alexandre Gauthier va au bout de ses rêves comme quand il organise à domicile une manifestation réunissant comédiens, plasticiens et d’autres artistes encore qui correspondent à sa philosophie de vie. S’il sait parfaitement communiquer, il ne court pas après la lumière, à contre-courant des chefs stars qui fréquentent moins les fourneaux que les plateaux de télévision et les réseaux sociaux. Une visibilité purement issue de son travail qui participe à lui forger un statut presque iconique, dépassant tous les codes, à la manière d’un Michel Bras devenu légende. Le chef de la Grenouillère n’est pas seulement ancré sans son époque : il la devance.