Perrine Wardak, 31 ans / Consultante engagée (L’R durable)

.

On parle de plus en plus de développement durable dans le milieu de la restauration et Perrine Wardak a joué un grand rôle dans ce phénomène. Elle organise chaque année l’évènement L’R durable au cours duquel elle convie des chefs qui défendent une restauration responsable. Depuis 2016, L’R durable est devenu une association à part entière. Le 20 novembre prochain aura lieu le 4ème dîner durable à Cheverny (41). Six chefs y cuisineront dont Julien Dumas (Lucas Carton) et Christophe Hay (La Maison d’à côté).


Une rencontre marquante récente ? « Ayant déménagé récemment, je fais de nombreuses rencontres. Parmi elles, quelques membres de l’association La Graine et le Potager, qui lutte au quotidien pour la biodiversité végétale en permettant à ses membres de produire et d’échanger les semences de variétés naturelles, sans transformation, sans brevet ni certificat d’obtention végétale. Le tout sans chichi ni grand discours. Leur action est concrète, tangible et sincèrement positive! »


Une source d’inspiration ou modèle qui ont une influence sur votre travail ? « Depuis la création de L’R Durable et plus encore depuis son lancement associatif, j’ai la chance de rencontrer des professionnels engagés qui ont tous concrétisé leur engagement pour la restauration responsable à partir de problématiques différentes. Si mon rôle au sein de L’R Durable est de les accompagner sur les sujets qui les préoccupent à l’instant, je m’inspire et j’apprends beaucoup des démarches qu’ils ont déjà observées ou mises en place dans le cadre de leurs activités. Cela me permet d’aller toujours plus loin dans ma réflexion sur la restauration responsable. »


Prochain projet ou nouveau territoire d’exploration ? « Au sein de l’association, nous avons de très jolis projets comme le prochain événement L’R Durable qui aura lieu en novembre ou la production d’une série de reportages. Plus personnellement, ayant une assez bonne visibilité des contraintes des chefs grâce à mon expérience de la restauration, je souhaite aujourd’hui me confronter davantage à la réalité des producteurs. A travers de nouvelles rencontres et mes propres expérimentations, j’espère pouvoir mieux appréhender les problématiques du terrain et ainsi pouvoir guider les chefs dans leurs choix de produits. »


Rédaction Atabula