Gregory Marchand, 39 ans / Chef de cuisine (Frenchie – Paris)

.

Cela fait maintenant huit ans que le Nantais d’origine Grégory Marchand a posé ses valises et ses couteaux dans le rue du Nil (2ème arrondissement de Paris). Avec le Frenchie, le Frenchie To Go, sa cave et son bar à vin, il règne désormais sur un temple parisien de la gastronomie détendue et branchée. Il a fait de la rue du Nil, pourtant étroite et sombre, une rue gourmande qui a notamment attiré la fameuse boutique Terroirs d’Avenir de Samuel Nahon et L’Arbre à (très bon) café d’Hippolyte Courty. En février 2016, Grégory Marchand a décliné son concept à Londres, où un certain Jamie Oliver l’avait surnommé “Frenchie”.


Une rencontre marquante récente ? « Heston Blumenthal est venu déjeuner au Frenchie à Londres il y a deux semaines avec sa femme. Après son repas, nous avons passé plus de deux heures à discuter physique quantique. Un moment magique, intense, déroutant et passionnant qui m’a sincèrement marqué. »


Une source d’inspiration ou modèle qui ont une influence sur votre travail ? « J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour Danny Meyer le restaurateur new-yorkais à la tête du groupe Union Square Hospitality Group (USHG), pour qui j’ai travaillé avant d’ouvrir Frenchie. Je me pose d’ailleurs de temps en temps la question : “Que ferait Danny dans cette situation ? »


Prochain projet ou nouveau territoire d’exploration ? « Justement, en association avec USHG, nous allons faire une résidence de 6 mois à New-York, dans le Meatpacking district. Par ailleurs, notre dernier livre de cuisine sort le 26 octobre prochain aux éditions Ducasse : Londres – NY – Paris, trois chapitres qui résument mon parcours et univers au travers de recettes inspirée de ces villes. Il y a aussi plein d’idées et d’envies que nous explorons en ce moment avec ma femme Marie et nos associés. »


Rédaction Atabula