Guillaume Gomez, 39 ans / Chef de cuisine (Palais de l’Élysée, Paris)

.

Considéré par ses pairs comme brillant grâce à l’obtention précoce de son titre de Meilleur Ouvrier de France en 2004 (il avait 25 ans), Guillaume Gomez séduit la presse comme les professionnels à travers son fort engagement associatif, les produits hexagonaux reçus à son bureau qu’il promeut sans cesse (ici des asperges des Bouches du Rhône, là du miel solognot) et l’unité du milieu qu’il valorise via des selfies avec Alain Ducasse, Joël Robuchon ou des cuisiniers peu médiatiques. Tout au long de l’année, il enchaîne les séjours à l’étranger pour se faire l’ambassadeur de la France à fourchette : Jordanie, Brésil, Chine, Liban, Corée du Sud, Argentine, Israël… Très actif sur les réseaux sociaux (sa page Facebook compte plus de 47 000 fans, son compte Instagram 34 000) où il sait ne pas se prendre au sérieux. Auteurs de deux ouvrages aux éditions du Chêne et Glénat, il prévoit de publier un nouveau livre sur les menus présidentiels avec le cuisinier et collectionneur lyonnais Christophe Marguin. Il se murmure qu’il a avec ce dernier le projet de monter un musée dédié aux pièces gastronomiques historiques. Guillaume Gomez fête cette année ses 20 ans de carrière au 55 rue du faubourg Saint-Honoré.


Une rencontre marquante récente ? « J’ai la chance de rencontrer tant et tant de personnes intéressantes qui toutes me marquent. Peut être trois choses… Un événement : le concours de l’Assiette Gourm’Hand à Bailleul, où sont en compétition des cuisiniers handicapés mentaux. C’est toujours un moment enrichissant et fort en émotion, tous les chefs présents nous le disent. Une pièce de théâtre : Edmond d’Alexis Michalik, on rit, on pleure, on le vit… du vrai théâtre !- Un livre : Chanson Douce de Leïla Slimani, n’a de doux que le titre… tu connais la fin du livre dès le début, ce cri d’une mère qui te suit et te hante durant toute la lecture. Un livre glaçant, angoissant, haletant, à ne pas mettre en toutes les mains…Vous n’en ressortez pas indemne… c’est aussi ça les livres… »


Une source d’inspiration ou modèle qui ont une influence sur votre travail ? L’inspiration : les voyages, les lectures… bien-sûr, l’ouverture aux autres. Rencontrer, échanger et réfléchir… c’est ce qui guide mes choix et m’inspire. Pour mes modèles dans ce métier, ce sont les mêmes depuis des années. Paul Bocuse, Joël Robuchon et Michel Roth. Pour leur qualités professionnelles et techniques, pour le devoir de transmission qu’ils exécutent depuis tant d’années et l’énergie dépensée pour la promotion de la cuisine française, des chefs et du terroir. Je co-préside avec Michel Euro-Toques, association fondée par Paul Bocuse, et je sais les valeurs humaines qui font de lui un homme d’exception. »


Prochain projet ou nouveau territoire d’exploration ? « Tellement de projets… La création d’un vrai potager pour avoir le plus possible de légumes biologiques et locaux ! Un livre sur les menus historiques du palais de l’Élysée aussi avec mon ami Christophe Marguin, plus grand collectionneur de menus de la République Française… Sans oublier l’ascension du Mont-Blanc pour mes 40 ans. »


Rédaction Atabula