Alexandre Gauthier, 38 ans / Chef de cuisine (La Grenouillère – La Madelaine-sous-Montreuil)

.

Année après année, Alexandre Gauthier marque toujours plus profondément l’univers de la gastronomie. Sa cuisine, son univers, son comportement, ses choix, tout cela contribue à construire une identité si singulière et si prégnante qu’il n’est pas faux de penser qu’un début d’écriture mythologique a démarré du côté de la Madelaine-sous-Montreuil. À une époque où les certitudes se délitent, où les croyances foutent le camp, il est rassérénant de s’assoir à la table de la Grenouillère et d’y puiser non pas des certitudes, mais quelques messages qui rassurent. Alexandre Gauthier ne vous impose aucune vérité, il ouvre à ses hôtes l’univers des possibles, propose des chemins qui partent de l’assiette et se perdent sans s’épuiser entre Canche et marais.


Une rencontre marquante récente ? « Julien Gosselin, 31 ans à peine, metteur en scène de génie, reconnu par la critique comme l’acteur du renouveau du nouveau théâtre français. Il est de calais et a mis en scène ‘Les particules élémentaires’ de Houellebecq… une vrai claque artistique et une performance engagée. »


Une source d’inspiration ou modèle qui ont une influence sur votre travail ? « Pour leur liberté, leur singularité, leur créativité, et parce qu’ils ne se sont jamais reniés : la plasticienne Annette messager et le maître jardinier Gilles Clément. Et chaque exposition que je visite (la prochaine sera Irving Penn au Grand Palais à Paris). Certaines rencontres et échanges également comme avec Patrick Bouchain, Georges Rousse, Bartabas, Bruno Mantovani (dont le dernier spectacle est incroyablement minimaliste.. un parti pris très très fort..) mais aussi mon territoire, ma maison et celles et ceux qui m’entourent au quotidien. »


Prochain projet ou nouveau territoire d’exploration ? « Agrandissement du Rucher au printemps prochain avec le parti poétique d’Olivier Darné dans les jardins. Début 2019, au fond du jardin, des bains inspirés des onsen japonais, bains turcs et des lavoirs du Moyen-âge… Par ailleurs, il y aura également une suite à mon livre chez la Martinière pour septembre 2018 ou mars 2019. »


Rédaction Atabula