Marine Mandrila, 29 ans / Évenementiel

.

Une cheffe réfugiée qui prend, le temps d’une soirée, les commandes d’un restaurant pour faire découvrir sa cuisine. On doit cette belle idée à Marine Mandrila, qui a créé le Refugee Food Festival avec son compagnon Louis Martin. La première édition a eu lieu en juin 2016, à l’occasion de la journée mondiale des réfugiés. Dix restaurants parisiens avaient alors ouvert leurs portes. Marine Mandrila avait également pu compter sur le précieux soutien du Haut-Commissariat aux Réfugiés des Nations Unies, qui est désormais un partenaire de poids. Aujourd’hui le Refugee Food Festival a une dimension internationale. Au mois d’octobre a eu lieu l’édition suisse de l’événement à Genève. Sortir du misérabilisme, valoriser les talents des réfugiés et peut-être leur permettre de trouver du travail, voilà les objectifs de cette initiative qui a le vent en poupe et pourrait bien réserver de nouvelles surprises en 2018 en traversant l’Atlantique.


Une rencontre marquante récente ? “Mohammad Elkhaldy, (grand) chef syrien qui a de l’or entre les mains, une énergie hors du commun, et une belle générosité. Nous nous sommes rencontrés lors de la première édition du Refugee Food Festival à Paris lorsqu’il a collaboré avec Stéphane Jégo (L’Ami Jean), et ne nous sommes plus quittés depuis ! Il fait maintenant partie intégrante du projet, et c’est avec lui que nous développons une offre traiteur, entre autres.”


Une source d’inspiration ou modèle qui ont une influence sur votre travail ? “Je crois que nous puisons notre inspiration (et notre énergie) auprès de tous les hommes et toutes les femmes que nous rencontrons dans les cuisines du monde. En 2017, nous sommes partis explorer huit nouveaux pays, en allant systématiquement cuisiner et manger chez l’habitant. Au-delà des films documentaires que nous réalisons avec la chaîne Planète +, ces voyages nous poussent à aller vers l’autre, à aller plus vite, à être agiles, tolérants, et ambitieux juste ce qu’il faut.”


Prochain projet ou nouveau territoire d’exploration ? “Au-delà des futurs voyages, on souhaite ancrer le projet dans un lieu à Paris, qui offrirait une résidence aux chefs du festival. Et puis porter le festival aux Etats-Unis et au Canada en juin prochain !”


Rédaction Atabula


Partenaires