Nina Métayer, 29 ans / chef pâtissière (Café Pouchkine – Paris)

Elle était la très talentueuse et timide chef pâtissière de l’hôtel Raphaël aux côtés de la médiatique Amandine Chaignot, celle qui fit parler avec sa superbe île flottante exotique. Une expérience auprès de Jean-François Piège au Grand Restaurant et plusieurs titres plus tard (chef pâtissière de l’année pour le magazine Le Chef en 2016, même distinction par le Gault & Millau en 2017), Nina Métayer, passée notamment par le Meurice époque Camille Lesecq, chapeaute la création sucrée de la maison Pouchkine qui ouvre son vaisseau amiral à Paris fin novembre et souhaite créer une soixantaine d’établissements à travers le monde d’ici 2020. Pianiste aguerrie, athlétique, bosseuse, à l’aise avec les médias… certains la qualifient déjà d’Anne-Sophie Pic du sucre. Une future icône ? C’est tout le mal qu’on lui souhaite.


Une rencontre marquante récente ? « Ce n’est pas une mais plusieurs rencontres à vrai dire. J’ai eu la chance d’être il y a peu aux côtés de très grands chefs, et d’interagir avec eux pendant deux jours. Faire une dégustation entre Gilles Goujon et Emmanuel Renaut, c’est toute une expérience ! J’ai été récemment touchée de la bienveillance que dégage Anne Sophie Pic, avec qui j’ai eu le plaisir d’échanger longuement. »


Une source d’inspiration ou modèle qui ont une influence sur votre travail ? « De par l’ADN Café Pouchkine, toute une partie de mes recherches s’inspire de la période néoclassique. Je passe du temps à regarder des moulures, des meubles et des œuvres d’époque, en quête de détails pour l’un de nos futurs desserts. D’un point de vue visuel, c’est une oscillation permanente entre le design, la modernité, l’innovation pure, et d’autre part un ancrage solide dans un écrin artistique qui touche à d’autres artisanats. L’art est très présent au sein de notre maison, c’est un peu notre spécialité, insufflée notre fondateur, Monsieur Dellos. »


Prochain projet ou nouveau territoire d’exploration ? « Question facile : l’ouverture de la Madeleine, le vaisseau amiral de Café Pouchkine ! C’est le gros enjeu de mon année, et de toutes nos équipes. Nous lançons une toute nouvelle gamme de produits dans un décor d’exception et sur une très jolie surface, plus de 500 m2. C’est une chance et une motivation immense. Ma plus grande satisfaction serait de ravir nos clients. »


À lire

Entretien avec Nina Métayer (Café Pouchkine), numéro un du classement Atabula des Vingtenaires qui comptent dans la gastronomie en France


Rédaction Atabula


Partenaires