Guillaume Gomez

02-guillaume-gomez-2016

partenaires

banniere-san-pe

a-v2


Classement 2015 → 01 (-1)


Considéré par ses pairs comme brillant grâce à l’obtention précoce de son titre de Meilleur Ouvrier de France en 2004 – il avait 25 ans –, Guillaume Gomez séduit la presse comme les professionnels à travers son fort engagement associatif, les produits hexagonaux reçus à son bureau qu’il promeut sans cesse (ici des asperges des Bouches du Rhône, là du miel solognot) et l’unité du milieu qu’il valorise via des selfies avec Alain Ducasse, Joël Robuchon ou des cuisiniers peu médiatiques. Depuis le début de l’année, il multiplie les séjours à l’étranger pour se faire l’ambassadeur de la France à fourchette : Brésil, Chine, Liban, Corée du Sud, Argentine, Israël… Très actif sur les réseaux sociaux (sa page Facebook compte plus de 30 000 fans, son compte Instagram 18 000) où il sait ne pas se prendre au sérieux. Il fêtera en 2017 ses 20 ans de carrière au 55 rue du faubourg Saint-Honoré.


Vu par Michel Roth, chef étoilé (Hôtel Président Wilson - Genève), Bocuse d'Or et Meilleur Ouvrier de France 1991


« Ça me fait plaisir d'être en face de Guillaume. C'est quelqu'un d'un naturel incroyable qui aime faire plaisir et donner du bonheur aux autres, il est d’une grande gentillesse envers les gens et les jeunes, adore rendre service, sait être dans le caritatif. Il est dans l’air du temps, avec à la fois un respect de la tradition culinaire et en même temps un ancrage dans l’école de la modernité en étant au courant de tout ce qui est à la mode, de tout ce qui concerne la nouvelle génération. C’est l’homme parfait (rires) !

Je lui ai déjà dit : il pourrait être un politique de la gastronomie. Il est très cultivé, a du répondant et une certaine force. Moi je rassemble, lui est décideur, donne le ton et les gens le suivent. Il est celui qui a ouvert les cuisines de l'Elysée au quotidien via les réseaux sociaux et les gens adorent ça parce que ça fait partie de la France. Il est toujours à 200 à l'heure, tout le monde se demande comment il fait pour être à chaque fois à fond. Il me fascine par moments, j'aurais aimé être comme lui… On se connaît depuis une quinzaine d'années, à l'époque il était encore second à l'Elysée. Quand il a passé le concours du Meilleur Ouvrier de France, je faisais d'ailleurs partie du jury. Aujourd’hui, on se voit régulièrement et on s'apprécie, c'est un ami même s’il est plus jeune que moi.

A l'avenir, je le vois avec une aura incroyable, il va faire partie de ces gens encore plus influents avec l'âge et l'expérience. Comme il le dit lui-même, il ne peut pas avoir d'étoiles au guide Michelin, pourtant, je suis certain qu'il sera l'un des rares chefs à bénéficier d’un rayonnement aussi fort qu’un chef trois étoiles. Pour moi, parce que c'est la première maison de France, il est même au-delà des trois étoiles. Toute cette force qu'il insuffle au quotidien, ça va rejaillir sur lui. Guillaume, c'est un chef de file. Il dit les choses et on l'écoute. Ce serait d'ailleurs plus lui qui serait mon chef que l'inverse. C'est un vrai ! ».


Ézéchiel Zérah & Franck Pinay-Rabaroust